ANTONIO & NORMA – U.C.A SOPPEXCCA – NICARAGUA

resized_PS_Couple_Face

Au cours de notre parcours, nous avons eu la chance de passer quatre jours chez Antonio et Norma, tous deux producteurs de café et membres de la coopérative Los Alpes qui fait partie de l’Union de coopératives (UCA) Soppexcca basée à Jinotega – Nicaragua. Leur générosité, leur joie de vivre inébranlable et leur lucidité nous permettent aujourd’hui de vous faire part de quelques extraits de leur portrait riche d’histoire, de vie et d’informations sur le commerce équitable et le fonctionnement de la Soppexcca.
Un récit en sons, images et écritures !

Photographies et prises de sons : Julie Hauber

resized_PS_maison

trait-horizontal

resized_PS_Couple_argent

Je m’appelle José Antonio Talavera Herrera, je suis un petit producteur de café, j’habite à la communidad Los Alpes située dans le département de Jinotega au Nicaragua. Mon travail est de produire du café et des aliments de base pour la consommation de la famille.

Je m’appelle Norma Gadea Paiva, je suis productrice de café et femme au foyer. Je suis membre de la coopérative Los Alpes associée à l’union de coopératives Soppexcca.

trait-horizontal

resized_PS_barista

65 % de la production nationale de café provient de Jinotega et c’est aussi là que l’on trouve la meilleure qualité de café. Mais le café qui se consomme ici, au niveau local, est un café parmi ce qui se fait de pire en termes de qualité. Donc, par l’intermédiaire de Soppexcca, nous avons entamé un processus de création de cafeterias. Ceci afin de promouvoir la consommation de café de qualité au niveau local et pour permettre aux étrangers qui viennent ici de déguster un bon café. Pour mettre cela en place, il était nécessaire de former les jeunes au métier de barista pour que se soient eux, les fils des producteurs, qui soient en charge de ces cafeterias. De la même manière, cela permet à ces jeunes d’avoir un travail.

trait-horizontal

resized_PS_Norma et fils au champ

A l’époque, celui qui s’occupait de tout ce qui est relatif à la parcelle de café, c’était l’homme. C’est lui qui récoltait et vendait le café, lui qui contractait le crédit… Par le biais de Soppexcca, nous avons mis en place un système de crédit, dont le contrat doit être rempli et signé, par moi si je suis celui qui sollicite le crédit, mais Norma aussi doit le signer. Si c’est elle qui sollicite le crédit, elle signe le contrat et doit me le faire signer aussi.

L’idée est que l’on travaille sur la question du genre. La femme est d’avantage prise en compte et plus seulement son conjoint.

Au niveau national, nous avons été les premiers à aborder cette problématique. Soppexcca est la première organisation à mettre en place une politique en matière de genre. Suite à cela, cette politique a été prise comme modèle par d’autres organisations qui ont alors élaboré leur propre politique en la matière.

trait-horizontal

resized_PS_Café

Je crois que, au sein de la chaîne, le plus important est la communication entre le producteur et le consommateur. On est tous importants au sein de la chaîne mais en tant que producteurs, on n’est rien sans les consommateurs et les consommateurs sans les producteurs c’est pareil. Alors, même si un grand océan nous sépare, cela ne doit pas nous empêcher de communiquer, et pour le consommateur de savoir ce que nous faisons sur nos parcelles, et pour nous, producteurs, de savoir ce que l’on fait de notre produit à l’étranger.

Et la petite histoire …

… pour découvrir tout ce que les photos et les enregistrements ne peuvent pas traduire !

N’hésitez pas à agrandir le livre en cliquant sur l’onglet « plein écran » à gauche sur la barre de lecture.

 

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 × = neuf